Une claquette au pied du sapin

Noël est passé depuis trois semaines, mais j’ai eu envie de revenir un peu sur cet événement auquel on a droit tous les ans. Car Noël sévit même par une longitude de 164° à 168° et une latitude de 20 à 22°30′ sud.

En Calédonie, Noël tombe en pleine saison chaude. Ici, on ne mange pas de marrons devant le poêle, emmitouflé dans une couverture moelleuse et avec de bonnes vieilles charentaises aux pieds. Ici, on allume la clim et on transpire quand même au pied du sapin.

D’ailleurs en parlant de sapin, ça fait drôle de voir un sapin dans la maison quand il fait trente degrés dehors. Avec le dérèglement climatique, on a souvent des Noël sans neige en métropole. Mais décorer le sapin en maillot de bain, ça surprend un peu au début.

Et le père Noël avec sa combinaison polaire et ses après-ski ! Franchement, lui aussi, il aurait meilleur temps d’enfiler son short et ses claquettes (la tong calédonienne), et de remplacer ses rênes par des cerfs locaux. On oublie aussi les chaussettes accrochées à la cheminée pour mettre les cadeaux. De toute façon, il y a longtemps que lesdits cadeaux ne rentrent plus dans une chaussette.

Mais on n’est pas au bout de ses surprises ! Le plus étonnant en effet relève de la gastronomie. Les huîtres en Calédonie, je comprends. Il y a un cultivateur local et on est sur une île, en plein milieu de l’océan. Mais le foie gras, par exemple… Pourquoi ? La dinde aux marrons. Pourquoi aussi ? La bûche, le plateau de fromages (hors de prix ici), les escargots au beurre persillé, le jambonneau braisé, le cassoulet, la raclette, la tartiflette, etc.

Quand on fait 22.000 kilomètres en avion, pour aller à l’autre bout de la planète, on s’attend à être dépaysé. Souvent, le premier dépaysement est d’ordre gustatif (des sauterelles en Thaïlande, des boyaux grillés en Turquie, des araignées frites au Cambodge, pour ne citer que quelques douceurs). Ici, non. Ou si, un peu. On peut par exemple aller manger un bougna en tribu. Mais encore faut-il y être accepté pour que l’expérience ressemble à de l’authentique.

Alors, on fait comme ses hôtes. On s’envoie un plat bien franchouille, et qui tient solidement au corps, alors qu’au fond, on rêve d’une salade. Si, si, juste une petite salade et même pas pour la ligne, juste pour le goût ! On arrose ça avec du vin rouge passé au frigo ou avec des glaçons dedans, tout en se disant qu’un bon jus de coco frais, ça le ferait tout autant. Ok, avec une pointe de rhum dedans, encore mieux.

Je crois qu’au final, pour les gens qui n’ont pas grandi sur le Caillou, fêter Noël ici a quelque chose de contre-nature.

Tiens, il me semble que c’était Gad Elmaleh qui soulignait dans un de ses sketchs que la France est le seul pays où on peut se souhaiter la bonne année jusqu’au 31 janvier. On est seulement le 15, seulement à la moitié, donc je suis largement dans les temps. Alors bonne année ma couille* !

*expression amicale locale 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s