Les auto-bannis du Caillou

« Vous dormez, vos paupières sont lourdes, loooourdes, loooooourdes… ».

Ca vous rappelle quelque chose ? De vagues shows télévisés prestidigitateux quasi-délirants… De lointains souvenirs de films enfantins ou de dessins animés dans lesquels un personnage, forcément gentil, se retrouvait à faire les mille et une volontés d’un personnage, forcément méchant, après avoir été induit par ce dernier dans un état second…

Et l’ami Zébulon ! Le pote de Pollux, qui transporte la petite Margotte vers le pays magique ! Un, deux, trois ! Tournicoti, tournicoton ! Et hop, hypnotisée, la petite Margotte.

Le mot est lâché : hypnotisé. Mais cette fois, ce n’est pas Margotte qui aura été hypnotisée.

Après plusieurs années de bons et loyaux services auprès d’Imperial Tobacco (et du gouvernement calédonien au passage bien sûr), mon cher et tendre a décidé de s’aventurer du côté des non-fumeurs.

N’ayant comme souvent pas d’inspiration pour un cadeau de Noël, j’avais proposé de lui offrir une séance auprès d’une hypnothérapeute, pour arrêter de fumer. Cadeau finalement accepté.

Lors d’une précédente tentative, il avait tenu trois ans sans fumer, après avoir testé la méthode dite « Allen Carr », qui apparemment, fait des merveilles. Mais, un jour pas comme un autre, ou justement comme un autre : « Je te pique une cigarette ». Puis une autre, à quelqu’un d’autre, et encore une autre. Et un nouveau paquet acheté à la station-service après un plein. Et hop, retour à la case départ.

Avant-hier, il a cette fois testé un mélange d’hypnose et de PNL, auprès d’une hypnothérapeute. Pour certains, et c’est tout à fait normal, l’acronyme PNL parle autant que si je me mettais à écrire en turc. La PNL, c’est de la programmation neuro-linguistique. Oui, mais encore…

Vous me pardonnerez, mais je vais éviter de me lancer dans une définition. Un peu par paresse (oui, oui, j’avoue), mais je crains surtout que, pondue par mes soins, ladite définition ne se révèle incompréhensible. Je préfère en profiter pour faire de la pub aux confrères et consoeurs du magazine Psychologies. Donc, si le concept de la PNL, très intéressant au passage, vous intéresse, cliquez ICI.

Rien qu’à Nouméa, au moins quatre thérapeutes spécialisés dans l’arrêt du tabac sont en activité. Si on ajoute à ces derniers les divers thérapeutes et conseillers pouvant également épauler lors d’une telle prise de décision, cela commence à faire pas mal de monde. Malgré le nombre élevé de fumeurs en Nouvelle-Calédonie (d’après l’Agence sanitaire et sociale, le territoire ne compterait pas moins de 47% de fumeurs), l’archipel serait paradoxalement un excellent endroit pour arrêter de fumer.

Mais se défaire de la cigarette n’est pas la seule chose qu’on vous propose sur le Caillou. Si le cœur vous en dit, vous irez en effet bien au-delà.

Je me permets de rendre un petit hommage à un grand monsieur – dans tous les sens du terme. Hervé Scala est décédé au mois de janvier de cette année, paix à son âme. Depuis plusieurs années, il proposait avec sa femme des formations et des séances de bio-psychogénéalogie, et venait régulièrement à Nouméa. A mon arrivée en Nouvelle-Calédonie, j’avais eu la chance de les rencontrer et de participer à un de leurs stages.

Soyez cléments, car je vais cette fois tenter une petite définition du concept. Par bio-psychogénéalogie, on entend tout ce que nos ascendants (parents, grands-parents, arrière-grands-parents, voir plus) nous ont légué de traumatismes, blocages, etc. et qui s’est matérialisé en nous, non pas uniquement de manière psychologique, mais aussi de manière cellulaire.

A tel point que nous réagissons souvent de telle ou telle façon face à certaines situations, sans comprendre pourquoi nous le faisons et nous sentons ainsi. L’idée est de rendre à César ce qui appartient à César, et de faire le tri entre ce qui « appartient à nos ascendants », et que nous nous coltinons inutilement depuis le début de notre existence, et ce que nous pouvons conserver.

Bon, je sens bien que ma tentative d’éclairage n’est pas forcément des plus réussies. Comme il en faut pour tout le monde, car je déteste faire des jaloux, ça sera cette fois Rue89 – et à travers, Le NouvelObs – qui s’y collera. Pour en savoir plus (et surtout mieux) sur la bio-psychogénéalogie, cliquez ICI.

En tout cas, en Nouvelle-Calédonie, si vous voulez vous ressourcer, vous alléger, vous réénergiser, vous faire magnétiser, j’en passe et bien d’autres, vous n’aurez que l’embarras du choix. A tel point que choisir entre toutes ces techniques et toutes ces offres relève parfois du véritable casse-tête. Mais si les termes « bien-être » et « développement personnel » sonnent doux à votre oreille, pas de doute : vous allez vous plaire dans le coin !

Hervé Scala, dont je parlais plus haut, parlait souvent de la « terre des bannis » pour la Nouvelle-Calédonie, faisant référence à la période du bagne et l’envoi de bagnards sur ce territoire. Si le profil des bagnards fut multiple – communards, prisonniers de droit commun, Kabyles… – se retrouver à l’autre bout de la terre équivalait à un véritable bannissement, sans retour pour certains.

Le même Hervé parlait aussi d’auto-bannissement pour les personnes, dont je fais partie, qui éprouvent aujourd’hui le besoin de venir atterrir à plus de 20.000 kilomètres, sur cette île. Une manière de fuir, ou de prendre de la distance – réelle – pour régler certains comptes avec soi-même.

Il n’est dès lors pas étonnant d’observer un nombre assez conséquent de reconversions, justement dans les secteurs du bien-être et du développement personnel, chez de nombreux « auto-bannis » qui exerçaient des professions tout à fait différentes à leur arrivée en Nouvelle-Calédonie.

Mais pour ne pas vous laisser uniquement des saveurs agréables sur le palais, je me dois d’ajouter le petit hic, car petit hic il y a. Comme on s’en doute, se faire du bien nécessite un portefeuille pas trop déplumé. La question du prix – le « toujours trop cher » est ici de rigueur dans la plupart des secteurs – reste une barrière concernant cette offre pléthorique de massages, soins, thérapies et médecines alternatives. Au point d’en devenir éventuellement frustrant. C’est un peu comme avoir en permanence sous les yeux une vitrine bien achalandée sans pouvoir y goûter, ni y toucher (je laisse à chacun et chacune le soin d’imaginer ce qu’il ou elle mettrait dans cette vitrine).

En attendant, mon tendre et cher en est à J+1 sans tabac et me lit une petite feuille concernant les bienfaits de l’arrêt du tabac : « A partir de 24 heures, le risque de crise cardiaque diminue ».

16.000 francs cfp par mois pour le tabac, cela représente environ trois massages thaïs*. Alléluia !

Le Logdu

* p.s : si, si, j’ai le contact.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s